Le compte Nickel : une opération chromée ?

5 novembre 2013
By

Des comptes bancaires low-cost chez les buralistes sont en expérimentation depuis novembre.  Coup de com’ ou vraie révolution : quelques éléments de réponse.

 

Le point commun entre un paquet de cigarettes, un magazine et un compte bancaire ? Depuis novembre, on peut tous les trouver chez les buralistes partenaires du Compte-Nickel. Cette start-up, lancée par Hugues Le Bret, ex-patron de Boursorama, Ryad Boulanouar, concepteur du Pass Navigo, et la Confédération nationale des buralistes de France, se veut la version low-cost du compte bancaire traditionnel.

 

Ici, pas de justificatif de domicile à fournir, ni de tête à tête avec le banquier à subir. Une pièce d’identité, un téléphone portable et 20 euros suffisent pour ouvrir ce compte présenté comme une alternative au système bancaire classique. Sans autorisation de découvert ni crédit et avec une simple carte de paiement, le service est réduit au strict minimum. Un RIB est tout de même délivré, permettant les virements et prélèvements automatiques.

 

« Quoiqu’il arrive, les frais liés au Compte Nickel ne dépasseront pas les 50 euros par an, abonnement compris », promettait Hugues Le Bret dans une interview au site cBanque.com le 19 juin 2013. Révolutionnaire donc, par rapport aux 191 euros de frais bancaires moyens payés par les Français entre 2012 et 2013, selon le comparateur Panoramabanques.com.

 

Un  low-cost en toc ?

 

Mais peut-on se fier à l’optimisme du fondateur ? Pas si sûr. Avec des prélèvements inédits de 50 centimes à un euro à chaque retrait, il faut en faire moins de 36 dans l’année pour rester sous la barre des 50 euros annoncés. Ajoutez à cela les dépôts en espèce taxés à 2% de leur montant et la note peut vite s’alourdir.

 

A ce prix et alors que 90% des Français se disent satisfaits de leur banque[1], qui voudra donc confier son porte-monnaie au tabac du coin?

 

Les interdits bancaires sont les premiers intéressés. Pour les près de 2 millions de personnes concernées, le droit à l’ouverture d’un compte garanti par l’article L312-1 du code monétaire et financier n’a rien d’une évidence. Ouvrir un compte peut leur prendre plusieurs mois. Nickel propose de pallier ce problème, en cinq minutes,  avec une carte de paiement à la clef. Autres clients potentiels, les étrangers en France pour quelques mois, que la simplicité de cette « formule express » pourrait séduire. Une cible qui paraît bien limitée face à l’objectif affiché de 100 000 clients d’ici fin 2014.

 

 

Lyse LE RUNIGO, Marion LOT, Philippine ROBERT

 

 

 


[1] Institut Harris Interactive

Tags: , ,